Qui finance le système de santé naturelle, les médecines douces, dont la médecine quantique fait partie ?

Qui payent les factures des médecines douces,
dites alternatives ?

Le fabricant d’appareils de biorésonance, le praticien de biofeedback quantique, celui qui reçoit une séance de SCIO et/ou d’Indigo ?

 

éclairage sur le financement de la santé naturelleJe suis chez le dentiste assise sur un fauteuil qui coûte 60 000 euros et je laisse tourner mon SCIO à la maison (qui m’a coûté 13 000 euros, prix d’achat début 2007) pour me soutenir énergétiquement pendant que j’ouvre la bouche et que je reçois des soins douloureux, pour lesquels j’ai besoin d’une anesthésie carabinée pour tenir le coup. Est-ce un système de santé efficace ? Et à quel prix ?

Je réponds à l’un des commentaires d ‘un lecteur du blog :

« Je découvre le Scio (suite à un article fort intéressant lu hier). Je suis très « branché » soins énergétiques depuis plusieurs années, mais je m’interroge toujours sur la nécessité d’un tel coût d’acquisition ou de formation !
ça ferme la porte à beaucoup de gens (comme moi, actuellement sans-emploi)…pourquoi de tels outils/formations ne sont pas plus accessibles vu que tout cela est pour le bien-être de l’humanité ?! Je suis d’accord qu’ici il y a un coût de fabrication et qu’il faut rentabiliser, mais quand même.
Moi je ne demande que ça, découvrir, apprendre, soigner…mais ça bloque toujours à cause des coûts de formation.
Ce petit mot n’a pas d’intention agressive, que ce soit clair
C’est juste que je ne comprends pas pourquoi toutes ces médecines parallèles ne sont-elles pas plus abordables ? »

Qu’est-ce qui est le plus important aujourd’hui ?
Quel choix a été fait par la société française :

investir dans des fauteuils installés chez les dentistes qui coûtent 60 000 euros, ou bien l’investissement dans un appareil tel que le SCIO (comprend un programme dentaire complet, jusqu’à donner l’ordre dans lequel les amalgames doivent être retirés) qui coûte entre 13 et 20 000 euros ? Vous me direz les choses ne sont pas comparables. Si, elles le sont si l’on se place du point de vue du client final. J’aurai préféré que le dentiste ait un fauteuil un peu moins sophistiqué, et qu’il aborde la problématique de mes dents de façon différente, en « douceur ». Et si je prends ma calculette, le coût final est moins élevé. Sauf pour le marchand de fauteuils qui va commencer à perdre beaucoup d’argent.

Une nouvelle mutuelle vient de voir le jour, qui rembourse ceux qui prennent en charge leur santé, propose un panache santé conventionnelle (celle du système sécurité sociale que nous connaissons aujourd’hui) et médecines douces à partir de 66 euros par mois. Si je calcule bien, cela fait un minimum de 792 euros par an, seulement pour une couverture. Il faut ensuite y ajouter les dépenses de chaque consultation, lorsqu’on y a recours.

Cette mutuelle a le mérite d’exister et peut favoriser l’émergence de la santé naturelle. Pour l’instant la biorésonance, le biofeedback quantique ne sont pas encore inscrits dans la liste.

Le système de santé naturelle n’est pas non plus
subventionné par l’Etat français
.

Pole Emploi, ni les Assedic, ni tout autre autorité administrative dans le domaine de l’emploi ne propose ce type de formation, ni ne soutient financièrement les formations en santé naturelle, à toute personne qui souhaite se reconvertir. (Tandis que les médias ont martelé à un moment donné que le secteur du « bien-être” était le premier secteur créateur d’emplois).

La sécurité sociale, système de couverture de santé est lié à l’industrie pharmaceutique et ne soutient que la médecine allopathique. Les médicaments sont « gratuits », la clientèle des cabinets médicaux et des pharmacies est acquise. Les prêts bancaires sont facilement accordés aux acteurs de ce système. (et oui pour acheter un fauteuil à 60 000 euros, le dentiste fait un emprunt et le nombre d’actes chronométrés vont rembourser le crédit).

Les entrepreneurs, praticiens, thérapeutes du secteur médecine quantique/thérapies anti-stress/bien-être, (les lois françaises nous obligent à jouer avec les termes) doivent investir leurs propres deniers pour établir leur activité. Ils ne sont que très rarement, voire jamais, « sponsorisés », par les pouvoirs publics. Leur activité n’est pas souvent rentable d’un point de vue financier.
Ils supportent tous les coûts. Et ils ne sont pas au CAC 40 !

Comment les coûts sont-ils répartis ?

Dans la chaîne qui va du créateur d’un appareil de médecine quantique, jusqu’à l’utilisateur final, plusieurs corps de métier se côtoient. De mon point de vue, la clef se trouve là.

Combien rémunère t-on l’inventeur du SCIO et sa structure, le distributeur d’un appareil de biorésonance et sa structure, le vendeur, le formateur et sa structure, le praticien et sa structure.
Au final quel est le prix pour celui qui a recours à la médecine quantique pour se soigner ? Qui doit supporter quel coût et combien ?

Est-ce que l’Etat doit tout prendre en charge ?

En ce qui me concerne, j’ai décidé de me prendre en charge, de prendre en charge ma santé et donc mon éducation. J’ai par conséquent supporté tous les coûts, depuis les frais de voyage à l’autre bout du monde jusqu’à la mise en place d ‘un centre de formation en ligne (e-learning). Il n’y aucune rentabilité financière jusqu’à ce jour. J’ai juste une santé de fer et une haute résistance au stress. En revanche, depuis 2007, ma mise de départ 13 000 euros, réparties sur 5 années, me ramène à un coût santé de 2 600 euros par an pour moi toute seule. Si j’avais une famille, ces 2 600 euros auraient été répartis entre tous les membres. Là, il y a rentabilité à coup sûr. Je vous laisse faire la suite des calculs.

Tous les praticiens de santé naturelle supportent le loyer du local dans lequel ils reçoivent les « clients », l’achat du matériel, comme par exemple le SCIO et/ou l’Indigo, les frais de fonctionnement liés à la structure juridique selon lesquelles ils exercent, les dépenses liées à la formation de base et la formation continue.

Ne pas oublier que le praticien qui accompagne quelqu’un d’autre dans son parcours santé, doit lui-même avoir un niveau de vie qui lui permet d’être en bonne santé pour pouvoir s’occuper d’autrui correctement.

Permettez-moi cette petite digression, combien de médecins qui affichent acupuncteur sur leur plaque dorée, ont mis les pieds en Chine pour vivre le yin et le yang et se former ?

Ici à Roscoff, je côtoie les agriculteurs bio et j’aime le parallèle que je peux faire entre leur parcours et le mien. Je suis en plus convaincue que ce sont ces deux corps de métier qui sont l’avenir d’une population en bonne santé.

 La filière médecine alternative connaît les mêmes déboires et avantages
que la filière agriculture bio
.

– la priorité n’est pas la recherche de la rentabilité financière, c’est une vocation

– l’amour de l’artisanat et du travail bien fait

– l’acteur principal est en bonne santé et est « conscient » de ce qu’il produit

– il utilise, mange et pratique ce qu’il « produit »

– ce qu’il crée est propre pour l’environnement

– il n’a pas ou très peu de soutien des banques, de l’Etat, des administrations (emploi, éducation, santé).

Les postes santé et formation sont les premiers postes de dépense dans mon budget de Terrienne (les stress financiers sont évoqués dans le manuel de formation anti-âge niveau II).

Et vous qu’est-ce que vous êtes prêt à apporter à tout le système pour que la médecine quantique puisse se développer de plus en plus ?

Avez-vous songé à vous inscrire pour regarder cette vidéo, « les principes de base des soins énergétiques» pour vous faire vous-même une idée plus exacte du système de santé naturelle dans sa globalité et quels sont les enjeux ?

N’hésitez pas à le faire, je vous garantis que vous en sortirez plus riche et ensuite vous pourrez partager avec nous vos suggestions pour améliorer cette branche de la vie !

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Qui finance le système de santé naturelle, les médecines douces, dont la médecine quantique fait partie ?

  1. Hypno 180 dit :

    Merci pour cet article qui est très pertinent et très juste. Je suis dans le domaine de la médecine douce pratiquant l’hypnose et je suis dans la situation que vous décrivez à devoir me prendre en main de A à Z. Rien que les formations m’ont coûté près de 15000 euros alors que j’étais au chômage à l’époque et ça demandait un vrai investissement. Aujourd’hui je dois anticiper toutes mes dépenses car l’état ne m’aide pas et n’aide pas forcément les entreprises à se développer mais je continue à suivre ma vocation, aide ou pas aide par choix. Au plaisir
    Hypno 180 Articles récents..Apprenez à communiquer avec votre inconscient grâce à l’auto hypnoseMy Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge